HYBRIDE ? Vous avez dit HYBRIDE ?

Hello world!

Le dernier sujet à la mode avant les vacances, qui fera sensation à la rentrée, c’est ce fameux mot-valise: l’HYBRIDE. 🤔

Jusqu’alors, il s’agissait principalement de voitures.

Avec le travail à distance, dans l’évènementiel, on a commencé à traiter la question d’avoir des gens en présentiel, et d’autres à distance.

Et les avis sont très tranchés sur la question, faut-il ou ne faut-il pas mixer des participants / intervenants, prévoir une partie sur place, une autre à distance ?

J’ai travaillé pendant 15 ans chez Nokia avec les 4 coins du monde, et pratiqué le télétravail à raison de 2 jours par semaine depuis longtemps, comme dans beaucoup d’autres grandes entreprises.

A mon sens, si hybride = des participants dans des conditions d’accessibilité et de participation/ engagement inéquitables, alors, j’aurai tendance à éviter de réunir des gens dans des temps collectifs.

Pour permettre à l’intelligence collective de s’exprimer, il est tellement fondamental d’avoir de la diversité et de l’équité, que chacun se sente libre de pouvoir participer ou non, de s’exprimer. Et trop de choses se passent en présentiel, pour mettre de coté les gens qui ne sont pas dans la salle à un instant T.

Et oui, en tant que chantre du remote, je dis, c’est l’un ou l’autre, présentiel ou distanciel, mais pas les deux. A mort l'hybride !

On a à peine effleurer la signification du concept, et savoir comment le travail se réorganisera à la rentrée est encore plein d’incertitude.

Quelques pistes de réflexion, pour une nouvelle définition d’un travail HYBRIDE:

Lieu:

Et si hybride, c’était le lieu où l’on travaille, que la raison d’être de retour dans les locaux, soit justement dédiée uniquement aux temps de réunions, de célébration, d’activité qui permettent de faire éclore la créativité en groupe? Pourquoi ne puis-je pas en tant que salarié passer un week-end long à la mer ou à la campagne et continuer de travailler le reste de la semaine depuis ce lieu propice à mon bien être et de facto ma productivité?

Temps:

Une tendance que je vois dans les startups, c’est le principe du synchrone/asynchrone en mode de fonctionnement. La volonté est mise de réduire les interactions en réunion, des emails, des appels, et de se concentrer sur les résultats à atteindre avec des phases de travail individuels sans interruption. Cela permet de gagner en efficacité et en flexibilité. Est-ce que les présentations, les slides, et les informations descendantes ont encore leur place dans un atelier ? Je ne passe plus de temps avec mon équipe en réunion, je leur fais des captures vidéo avec loom.com, qui me permet de leur donner des infos claires et précises sans devoir être synchrones.

Séminaires et interactions:

L’hybride, est-ce que ça peut passer à l’échelle? Certains facilitateurs ont déjà expérimenté avec succès, des formats de séminaires où l’équipe organisatrice, les sponsors et le facilitateur sont dans un studio digital sur fond vert, et réalisent un show, une émission interactive. Là où on instille de l’hybride, c’est dans les équipes réparties en région, qui se regroupent équipe par équipe, pour calquer les dynamiques de temps en plénières et en sous groupes, pour consommer comme un film sur Netflix en expérience sociale en groupe de 5- 8 personnes les moments de plénières structurants, et des temps de travail en sous-groupe, où seule l’équipe de facilitation interagit à distance, pour s’assurer que l’expérience se déroule bien. On peut d'ailleurs à ce titre prévoir tout ce qui nous fait cruellement défaut à ce jour au delà de recréer du lien social, également réactiver nos autres sens, le toucher en particulier, l’intelligence des mains pour prototyper, mes collègues du lego serious play en conviendront, j’en suis sûr.

Si le sujet des séminaires hybrides et savoir comment mixer des expériences pour de grands collectifs répartis en sous équipes vous intéresse, c’est un sujet que j’ai déjà travaillé, au plaisir de s’en reparler !